ALL, Astuce débutant, Astuce perfectionnement, Débuter, Non classé, Se perfectionner, Slider

Savoir lire et relever un patron de couture

Aujourd’hui, on s’attaque à votre bête noire : le patron. Je sais que pour beaucoup ce bout de papier vous fait peur, vous agace, vous retourne le cerveau et finit par vous décourager ! Mais non ! Il ne faut pas s’avouer vaincu si vite. Croyez-moi, on peut survivre à ce monstre fait de lignes et de mots étranges. Je vous propose de découvrir comment lire un patron et le reporter ensuite sur du papier avant de couper votre tissu. Finalement, il faut juste avoir les idées claires avant de s’y attaquer (alors on évite de s’y mettre le vendredi soir à 22h ou le lundi matin à 6h ok ?).

Quels sont les types de patrons de couture sur le marché ?

astucepatron2

Les patrons avec un seul modèle.

Je vous ai déjà fait une liste de marques de patrons indépendants sur le blog, pour ceux qui veulent la découvrir suivez le lien : mes 10 marques de patrons indépendant favoris. Lorsque vous allez en mercerie, dans une boutique de tissus, sur un site de tissus en ligne ou autre, vous pouvez choisir d’acheter un seul patron. En général, le patron propose 2 à 4 déclinaisons autour du même modèle. Par exemple vous pouvez avoir une robe avec des manches courtes ou longues et deux longueurs de jupes. Ils sont le plus souvent disponible dans les tailles 34 à 44. Mais avant d’acheter votre patron vérifier qu’il y a bien la taille qui vous correspond. Parfois vous aurez  du 32 au 40, ou du 36 au 48 donc il vaut mieux vérifier. Les marques les plus connues sont Burda, Vogue Patron, Butterick, Deer and Doe, La république du chiffon mais il en existe beaucoup plus. Il faut compter entre 7 et 20 euros en moyenne pour un patron.

astucepatron5

Les patrons vendu en magazine

Lorsque vous allez dans une presse vous trouvez des patrons de couture. Les magazines les plus connues sont Burda, La Maison Victor, Ottobre ou Fait Main. Chaque magazine propose entre 20 et 50 modèles de patrons différents pour moins de 10 euros. C’est un bel avantage financier. Mais il faut garder en tête que pour ce prix, les patrons sont moins bien mis au point, on se retrouve souvent avec des petits défauts agaçant et surtout les explications de montage sont très rapide ! Il vaut mieux avoir un peu d’expérience. Le dernier élément à prendre ne compte : il va falloir déchiffrer les planches patron. C’est souvent ici, que l’on a envie d’abandonner. Mais rassurez vous, il suffit de se concentrer et de bien lire les instructions.

Les patrons virtuels

Enfin, je pourrais les ranger dans la catégorie des patrons avec un seul modèle mais j’avais envie de faire un petit paragraphe sur le sujet. De plus en plus de marque propose des patrons à imprimer chez soi. Il n’y a pas de grande différence avec un patron que vous achetez à l’unité sauf que vous le payez beaucoup moins cher car vous recevez un fichier pdf qu’il faut imprimer chez vous puis coller les feuilles entre elles pour reconstituer votre patron. C’est un peu long, mais en général vous avez de petites indications pour savoir ou raccorder ses patrons. Les marques qui proposent ce format sont Vanessa Pouzet, Ivanne S et bientôt Petit Patron, mon projet chéri que j’essaie de finaliser le plus vite possible mais chuuut je n’ai rien dit !

astucepatron3

Comment comprendre un patron indépendant ?

Ce sont surement les plus simple à comprendre car en général vous avez une planche avec les différentes pièces mises les unes à côté des autres. Il faut donc d’abord vérifier ses mesures avec le tableau associé au patron. Repérer la ligne qui correspond à votre taille et reporter toutes les pièces sur du papier. Je vous déconseille vivement de découper directement votre patron (sauf si c’est un pdf que vous pouvez imprimer à l’infini) car si vous souhaitez refaire le modèle dans une autre taille c’est dommage d’avoir éliminer toutes les autres tailles. Il est très important de repérer sur votre planche patron ou dans les instructions si vous avez les valeurs de couture comprises ou non. Si elles ne sont pas comprises, je vous conseille d’ajouter 1 cm tout autour de vos pièces et 3 cm pour les ourlets. Avoir la valeur de couture déjà présente sur votre patron vous évite d’avoir à faire un tracer sur le tissu qui prend beaucoup de temps qui provoque souvent des problèmes de précision car le tissu bouge quand vous notez dessus. En plus, la plupart des machines à coudre ont l’aiguille qui se décale vers la gauche. Quand votre aiguille est tout à gauche, si vous mettez le bord de votre tissu sur le bord du pied de biche, l’aiguille est à 1 cm donc pas besoin de tracer sur votre tissu vous allez toujours coudre droit.

astucepatron6

Comment comprendre un patron de magazine ?

C’est ici que les choses se compliquent. Alors, première chose, on trouve la référence modèle. Avec les instructions de montage, vous aurez aussi toutes les informations pour retrouver vos pièces sur les planches. Il faut trouver la bonne planche, la couleur de tracé qui correspond à votre modèle et surtout vérifier les pièces que vous devez relever. Surtout chez Burda qui est le pire du pire en matière de planche, il se peut que votre modèle soit décliné en robe et en top du coup sur la planche A il y aura 24 pièces rouge qui correspondent à la référence mais comme vous voulez faire la version top vous n’aurez à relever que 20 pièces. Il faut bien vérifier que vous avez toutes les pièces (je souligne sur la page d’explications de montage quand une pièce est relevée). Ensuite, ne pas oublier de vérifier si les valeurs de couture sont comprises (ce n’est quasiment jamais le cas) donc ajouter 1 cm tout autour de votre pièce et 3 cm pour les ourlets. L’autre choses à savoir, en général, si vous faites un manteau, que vous souhaitez le doubler, ils vont vous dire de reprendre les patrons et de les couper dans le tissu et la doublure… là on trouve la limite du patron en magazine, normalement vous devez avoir un patron de doublure qui est un peu différent car il y a les valeurs d’ourlet à enlever, le pli d’aisance à ajouter… bref ce n’est pas le top mais vous aurez quand même un résultat correct.

Reporter son patron sur du papier

Maintenant que vous avez comprit qu’il fallait avoir le cerveau en super forme pour relever vos patrons, (un jus d’orange pressé juste avant la séance de patronage est conseillé) il est temps de passer aux choses concrètes. On se lance. Il vous faut donc une feuille de papier, quelques épingles, un pointeur (alors un clou, une aiguille très large ou tout autre chose capable de faire de petit trou fera l’affaire, je déconseille la roulette car on perd énormément en précision, elle finit toujours par glisser en dehors de votre ligne), un crayon à papier, une règle (japonaise idéalement) et si vous avez un pistolet de modélisme (revoir l’article sur le matériel pour faire ses patrons).

astucepatron7J’épingle toujours ma planche patron sur ma feuille pour être sur qu’elle ne bouge pas. Je relève le tracé correspondant à ma taille en pointant tous les 1 cm environ. Je pointe toutes les indications se trouvant sur la planche : les crans (indiqué par un petit trait perpendiculaire à la ligne), le tracé de droit fil qui indique le sens de ma pièce et du tissu, les pinces…

astucepatron8Avec un stylo de couleur je note le droit fil pour bien le distinguer et ne pas me tromper de sens lors de la coupe tissu.

astucepatron9Je retrace avec mon crayon à papier ma pièce et note toutes les indications.

astucepatron10J’ajoute mon centimètre de couturage tout autour de ma pièce

 

C’est officiel, les patrons n’ont plus de secret pour vous !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !