ALL, Entreprenariat, Mes cousettes, Non classé

Lancer sa micro-entreprise dans la couture ?

Lancer sa micro entreprise dans la couture

En 2012, fraichement diplômée d’un double diplôme de stylisme et de modélisme, j’ai lancé ma micro-entreprise en vitesse car j’ai trouvé une mission et il fallait donc me déclarer au plus vite. J’ai tout fait dans l’urgence, sous la pression de mon “client” et j’ai tout fait de travers ! Pourtant ça n’est pas hyper compliqué, mais l’urgence et mes non-connaissances m’ont joué des tours. Je vous propose de discuter un peu du fameux statut de micro-entreprise et particulièrement dans la couture puisque c’est un peu le sujet favori du blog !

Lancer sa micro entreprise dans la couture

Après avoir étudié la mode durant 3 années intensives dans le Nord de la France (mais si, j’en parle dans ma vidéo sur mes 3 années d’école de mode), je me suis installée à Paris pour y faire mon stage de fin d’étude, trouver un job de rêve, devenir LA nouvelle grande créatrice de mode de folie et réussir ma vie ! Bon, dans la vraie vie, j’ai fait mon stage, 5 mois sur 6, car j’ai craqué avant la fin. Ma maitre de stage était une conasse finie qui n’avait aucun respect pour les gens. Alors, j’ai vite cherché du boulot et comme le monde de la mode est OVER saturé bah, j’ai vraiment regardé TOUT ce qu’il y avait même les mini- missions de quelques heures en “freelance ». Un freelance est une personne qui travaille à son compte et qui a donc plusieurs “clients”. Un jour d’octobre, je vois passer une annonce sur le site de référence en recherche d’emploi dans la mode : FashionJob. Une jeune start-up cherchait des stylistes pour faire du conseil aux particuliers. Je rêvais d’être styliste photo (si si, ça aussi, j’en parle par ici) et du coup c’était TROP BEAU. J’ai postulé et comme c’était ULTRA mal payé, la concurrence n’était pas énorme et j’ai été embauchée. A ce moment, on m’a demandé mon numéro de Siret (ce numéro identifie toutes les entreprises et micro-entreprises, on vous le demande quasiment tous les jours) et j’ai dû me renseigner rapidement !

Lancer sa micro entreprise dans la couture

En effet, il existe 10001 rumeurs sur le fait que, si on gagne presque rien, on n’est pas obligé de déclaré ses activités. C’est FAUX FAUX FAUX et vraiment j’insiste, ce n’est pas du tout une bonne idée de faire sa vie au noir. Au delà du fait qu’en cas de contrôle on risque gros (des milliers d’euros sous forme d’amende), on n’est pas assuré, ce qui peut être une catastrophe le jour où on a un accident et bien sûr notre retraite reste importante à prévoir également, alors pour ça il y a plein de statuts. Le plus simple, le plus accessible, le plus facile et le plus adapté quand on débute et qu’on ne sait pas encore si notre projet va fonctionner ou alors parce qu’on a une autre activité à côté : on peut se tourner vers le statut de micro-entreprise.

La micro-entreprise n’est pas un statut société mais un régime simplifié de l’entreprise individuelle. Il est idéal pour tester une activité avant de se lancer dans le grand bain de l’entreprenariat en société. Pour ma part, je suis passée par 7 années de micro-entreprise avant de créer ma SARL en 2019. Soyons clair, j’ai trop tardé parce que j’avais peur ! Mais revenons à nos moutons et à notre micro-entreprise, enfin le terme exact est bien micro-entrepreneur puisqu’il n’y a qu’une personne. En effet, si vous êtes plusieurs, vous ne pouvez pas utiliser ce statut ! Avec Charlotte, lorsque l’on a créé Atelier Neko, nous avons donc ouvert une SARL à deux, mais je m’éloigne et si ça vous intéresse, j’en parle dans une série de vidéos par ici. Donc si vous avez un projet, vous êtes seul et vous avez besoin de tester votre projet, le statut de micro-entrepreneur est fait pour vous.

Lancer sa micro entreprise dans la couture

Il est facile à créer puisqu’on remplit un formulaire en ligne sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr qui ne prend que quelques minutes et ne demande pas un bac + 10. Jusque là, en 2012, j’ai géré. Sauuuuuuuf qu’en vrai, on va quand même prendre un peu de temps pour bien réfléchir. Déjà à l’activité que vous souhaitez faire, car il existe trois catégories dans la micro entreprise : libérale, artisanale et commerciale. Et dans la couture, les trois sont possibles ! En effet, vous rêvez d’ouvrir une retoucherie dans votre quartier, vous devenez artisan, mais comme vous avez envie de vendre de la mercerie, vous êtes aussi commerçant. Il faudra donc bien se déclarer dans les deux catégories. Autre possibilité : vous créez des vêtements pour femme, vous êtes artisan, mais vous avez décidez de faire aussi du conseil en style, vous êtes donc aussi libéral !

De mon côté, j’ai ouvert ma micro-entreprise en libéral car, à l’époque, je ne faisais que des activités de styliste-conseil. Je ne créais rien. Sauf que le monde de la mode et de la couture est over saturé (soyons franc) et donc j’ai dû accepter plein de missions pour gagner un peu ma vie(juste un peu en vrai) et je faisais des retouches, du modélisme, de la couture pour des particuliers…bref j’avais mal choisi mon statut dès le départ. Je déclarais tout en libéral ce qui avait deux gros désavantages : le premier je payais les charges maximales (suivant la catégorie, les charges ne sont pas les mêmes) alors que parfois je pouvais payer moins, mais mon statut étant déclaré  en libéral uniquement, c’était trop tard. Ensuite, j’avais un plafond hyper limité car, là aussi, suivant les catégories, vous avez le droit d’encaisser une somme maximale par année.

Lancer sa micro entreprise dans la couture

C’est pour cela qu’un statut de micro-entreprise reste, normalement, un tremplin ! On peut encaisser entre 72 500 euros et 176 200 euros maximal par an. Alors ne criez pas “ouaaa mais c’est énorme”. Ce n’est pas votre bénéfice, mais bien le chiffre d’affaires. C’est l’argent qui rentre mais, comme il faut dépenser pour acheter la matière première ou votre matériel, payer les charges, la CFE (elle est obligatoire pour tous même si vous n’avez rien encaissé de l’année)… ça n’est pas votre salaire !

Exemple simple : Petit Patron, quand j’ai débuté, j’étais en micro entreprise. Pour créer mes patrons, j’ai besoin au quotidien de papiers, crayons, planche de coupe, ciseaux, ordinateur, logiciel pro (n’utilisez pas de version craquée les gars ! Vous risquez gros en tant que professionnel et même si je sais que c’est cher, toute personne qui crée un outil pratique pour vous mérite largement d’être payé pour son travail), de tissus, fils à coudre, boutons, mercerie en tout genre, d’un appareil photo, de matériel de shooting voire d’un photographe, d’un site internet, d’un hébergeur, d’un webmaster pour construire et réparer le site, d’un outil de newsletter, d’une connexion internet… bref, je crois que vous l’aurez compris, j’ai beaucoup de petits investissements. Aujourd’hui, j’ai carrément une équipe de 6 personnes qui méritent d’être payée à la fin du mois. Et pourtant, je ne fais que du produit numérique. Je n’ai pas à investir dans du papier pour imprimer le patron et l’envoyer dans une enveloppe avec un timbre à mes clients.

Lancer sa micro entreprise dans la couture

Du coup, à l’époque, comme j’avais mal choisi, je payais trop de charges ce qui ne m’aidait pas à tenir le coup ! Du coup, si vous rêvez de faire de votre passion votre métier, il faudra déjà bien bien se renseigner sur les obligations du statut de micro entrepreneur. Même si c’est très simple, il y a quelques obligations comme une comptabilité légère, mais obligatoire. J’entends certains dire “il n’y a rien à faire”. Ouille ! Ne les écoutez pas. Il faut tenir un cahier de comptes (soit papier, soit sur un logiciel agréé par l’état, excel n’est pas autorisé et j’ai fait l’erreur avant vous si ça peut vous rassurer ). Pour chaque vente ou achat, il faut écrire sur une ligne la date, la description rapide, le montant. Et si vous faites que des petits montants (comme sur les marchés par exemple), vous avez le droit de faire une ligne par jour de vente et non pas par vente unique. Pour ne pas vous tromper, il existe des sites qui vous font des fiches ultra claires comme celle de Portail Auto-entrepreneur avec qui j’écris aujourd’hui cet article.

Dans la couture, on peut avoir envie de faire plein d’activités et je vous propose de voir aujourd’hui toutes les questions qu’il faut se poser avant de démarrer son projet

Lancer sa micro entreprise dans la couture

1. De quoi vous avez envie ? La vie d’entrepreneur prend un temps énorme, elle est fatigante, elle est une charge mentale comme celle des mères de famille et il faut aimer plus que tout ce que l’on fait pour avoir envie de le porter au quotidien. Alors, qu’est-ce que vous aimez le plus ? Coudre ? Parler couture avec des gens ? Conseiller les gens ? Apprendre aux autres ? Modifier un vêtement ? Imaginer un vêtement et le voir se créer devant vous ? Fabriquer un vêtement ? Il y a plein de possibilités. Vous pouvez aussi bien vouloir enseigner la couture que créer du sur-mesure, ou encore ouvrir une retoucherie, créer une marque d’accessoires en édition limitée ou encore conseiller des gens. Il faut donc d’abord bien cibler ce que VOUS, vous aimez faire.

Lancer sa micro entreprise dans la couture

2. Avez vous vraiment les capacités ? Ici, je vais être sévère et ce n’est pas contre vous, mais pour vous ! Avez-vous les capacités naturelles ? C’est à dire êtes-vous très à l’aise dans cette discipline ou devez-vous faire beaucoup d’efforts pour obtenir un résultat ? Longtemps, j’ai voulu être styliste photos. Je voulais créer des looks et des ambiances pour les magazines, sauf que je devais beaucoup réfléchir. Quand j’étais en rendez-vous client, les idées ne venaient jamais sur le moment, il fallait “prendre le temps de réfléchir” sauf que dans ce milieu c’est maintenant ou bye bye. Un jour, j’ai réalisé que ce que je savais vraiment faire moi, c’était transmettre mes connaissances. J’ai fait un mini-deuil sur mon rêve de devenir la nouvelle Karl Lagarfeld (tant mieux j’avais pas envie de faire la gueule toute la journée) et j’ai lancé ce blog. La meilleure idée de ma vie car, 5 ans après, j’aime toujours autant (même si c’est vraiment dur au quotidien, mais ça on en parlera plus tard). Alors, même si c’est dur, il faut savoir reconnaitre nos compétences naturelles par rapport à celles qui demandent de l’effort. C’est un conseil, pas une obligation, mais dans un secteur aussi concurrentiel et surtout, quand on est seul aux commandes, il faut vraiment avoir de l’énergie pour tout gérer, alors autant que ce qui doit être le plus simple le soit vraiment !

Lancer sa micro entreprise dans la couture

3. Avez-vous vraiment les compétences ? “Mais de quoi elle parle, elle va encore parler de capacités ?!”. Cette fois, je parle de compétences professionnelles et solides, de formations et d’expériences. Il peut être très facile de se lancer au début dans une activité parce que vos 3 meilleures amies et la voisine ADORENT ce que vous faites. Mais une fois passée le virage pro, on va vous en demander plus et mieux vaut tenir le rythme. J’ai deux exemples très très concrets : quelqu’un qui sait coudre, qui a appris seul mais qui se débrouille vraiment bien, décide un jour de donner des cours. Les premiers cours sont tops ! Puis d’un coup, ça devient dur… les élèves progressent et maintenant ils ne veulent plus faire un sac ou une pochette, mais coudre une poche à soufflet, une poche à double passepoil ou encore un col de veste et vous demande où mettre le gros grain ? Là, vous êtes perdu. En effet, pour vos élèves vous êtes un pro, alors il voudra apprendre ce qu’il ne comprend pas seul. Un autre exemple : faire des patrons de couture LA grande tendance du moment. Au début, c’est simple, une robe un peu ample avec des volants, c’est joli et çà plait. Au bout d’un an, il faut commencer à renouveler les produits, sauf qu’entre toutes les marques qui ont déjà fait plein de trucs et les besoins de connaissances techniques, vous pouvez vous casser les dents. Une réputation se fait lentement, mais se défait en quelques semaines à peine. Pour moi, il est hyper important de se former. Quand je me suis lancée, j’avais le modélisme et la couture bien acquis grâce à mes 20 ans de couture et surtout mes 3 années intensives à apprendre le modélisme. Côté commercial (parce qu’il faudra les vendre les patrons une fois fait), n’ayant ni le temp,s ni l’argent pour refaire une école, j’ai travaillé 1 an 1/2 en tant que vendeuse et bras droit d’une créatrice de bijoux à Paris. Elle m’a transmis les bases de la vente, de la gestion d’une caisse, la gestion d’une boutique et m’a emmenée dans son quotidien de jeune entrepreneuse. Après ça, j’ai continué à me former auprès d’autres personnes, grâce à des livres, des formations courtes et des accompagnements comme l’Apec entreprise (il y a aussi la BGE qui est top). Vous avez le droit de vous lancer sans formation, pour vous déclarer dans le secteur de la couture, aucune formation n’est obligatoire mais pour faire la différence et surtout pour vous faciliter le quotidien, pensez-y !

Lancer sa micro entreprise dans la couture

4. Comment faire la différence ? Je reviens à ce que je disais au dessus. Tout le monde a le droit de croire en ses rêves et ses envies. Dans la couture aussi, mais en ce moment, ça fait rêver beaucoup de gens ! De base, c’est un secteur chouette à vivre. J’adore coudre au quotidien. On s’amuse beaucoup au bureau, l’ambiance est toujours bonne et c’est vraiment un cadeau chaque jour. Mais par contre, si vous rêvez de devenir riche voire juste gagner plus d’un smic, ne vous emballez pas trop, ce n’est pas le secteur le plus ouf. Mais quoi qu’il arrive, vous avez envie, alors essayez, mais ne faites pas comme les autres. Une règle dit : si tu es le premier sur un secteur, tu peux réussir, si tu es le second, tu ne pourras pas rattraper. En résumé, dur dur d’exploser, quand quelqu’un l’a déjà fait avant soi. Et puis c’est un peu lassant non de ne pas faire quelque chose de nouveau ? Alors, au maximum, réfléchissez à votre manière d’apporter quelque chose de nouveau. Parfois, c’est offrir un service de retouche dans une petite ville qui n’en a pas. Et d’autres fois, c’est offrir un produit qui n’est pas commun ou encore devenir créateur pour un univers très précis. Par exemple, vous êtes fan de jonglage, il faut peut être une tenue spéciale (j’avoue, j’y connais rien). Personne ne le fait, alors tout le monde aura envie de se tourner vers vous. Mieux vaut cibler un secteur de niche que de se noyer dans la masse ! En couture aussi c’est possible, alors les lingettes, c’est chouette, mais tout le monde le fait déjà !

Lancer sa micro entreprise dans la couture

* crédits photos : Matthew Henry, information pour cet article Portail Auto entreprise

5. Vous avez bien tout lu avant de créer votre statut ? Ok, vous êtes prêt. Moi, je crois en vous. Maintenant, il faut se lancer et créer votre statut. Vous savez exactement ce que vous voulez faire, maintenant il va falloir trouver les mots officiels. “Hein ?!!” Mais les gars, nous sommes en France ! Qui ne connait pas la réputation de l’administration française ?! J’en ai laissé la moitié de ma chevelure à l’époque et aujourd’hui je trouve ça chouette de voir qu’il y a quand même beaucoup d’aides. Par exemple, cet article est à l’initiative de Portail Auto entreprise avec qui je collabore pour vous parler de leur page sur le statut de micro entreprise spécialisée dans la couture. Quand j’ai découvert ça, je me suis dis “mais pourquoi ça n’existait pas à mon époque”. Ici, je vous parle d’expérience mais, pour ce qui est du concret bien bien encadré de l’état, je laisse place à l’équipe de Portail auto entrepreneur qui vous parlera bien mieux que moi de tout ce qu’il faut bien comprendre avant de se lancer. Ils ont bien fait les choses et ça tombe bien parce qu’on a tellement réfléchi pour définir son activité qu’on est content de se faire prendre la main pour la dernière ligne droite ! Je vous laisse avec la page spéciale couture du statut de micro-entrepreneur et je file classer ma pile de factures (la couture et beaucoup d’administratif dans la vie d’un entrepreneur créatif !).

Retrouvez la fiche spécialement faite pour les métiers de la couture par ici

 

Vous aimez cet article ? Partagez le à vos proches ou sur vos réseaux sociaux <3

Lancer sa micro entreprise dans la couture

Alors, la vie d’entrepreneur vous fait envie ? Vous l’avez peut être déjà fait ? Racontez-nous votre aventure à vous !