ALL, Etudier & travailler dans la mode, Les bonus, Non classé

Comment j’ai survécu à mes 3 années en école de mode ?

Ahhhh le groooos morceau ! Depuis le temps que vous me demandez de vous parler de ma formation de styliste-modéliste, de vous raconter mon aventure de 3 ans et vous montrer mes projets étudiant ! C’est fait et c’est en vidéo ! Il y a 1 mois, je vous ai fait une première vidéo où je vous raconte mes premiers pas en couture, de mes 7 ans à mes 18 ans. Après avoir appris la couture avec ma maman, j’ai fait une école de mode. Je voulais apprendre les métiers de styliste et de modéliste et devenir la future Jean-Paul Gaulthier. Depuis la fin de mes études, il s’est passé 6 années. Je ne suis pas la nouvelle Coco Chanel mais bien mieux : je suis moi et en paix ! Youhou ! Allez, je vous raconte toute cette aventure. Je vous préviens, vous embarquez dans un grand 8 !

Une école de mode, ça sert à quoi ?

 

« Non mais c’est vrai, franchement, c’est pas bien compliqué de dessiner deux, trois vêtements, de créer sa marque et de vendre ses vêtements hein ». Ahhhhh mais ouiii, c’est pour ça que moi j’ai passé 3 années sur les bancs de l’école à ne faire que ça de mes journées ! J’ai donc perdu mon temps ! Alors… comme dans tous les secteurs artistiques/créatifs Paul et Roberta sont absolument persuadés d’être capable de faire ton métier. Oui, alors en fait, styliste, ce n’est pas franchement dessiner, et utiliser un patron du commerce ne te permet pas de dire que tu es modéliste, même si tu lui a enlevé 4 cm. Non, non, non, ce sont deux secteurs (puisque derrière, il y a plein de métiers) bien complexes et en 3 ans, tu n’as même pas le temps de tout apprendre !

En résumé, le styliste est la tête créative, il imagine un modèle ou une ambiance qui répond à des besoins. Il ne pense pas un vêtement pour son esthétique mais bien pour le rôle qu’il a à jouer. Il doit penser à faire un vêtement pratique, confortable qui entre dans la grille de critères imposée par l’enseigne, par l’acheteur (le binôme commercial d’un styliste) et par le client indirectement. Il fait les dossiers techniques et suit le processus jusqu’à la sortie de l’usine. Le modéliste, lui, part d’un dessin ou une explication et passe le vêtement en 3d. Il teste les volumes, travaille les découpes, place aux bons endroits les bons volumes, équilibre le tout en fonction des futurs tissus et attentes des autres membres de son équipe.

Du coup, en école de mode, on vous apprend à comprendre les tendances à venir, à les créer mais surtout à les voir venir, à créer une ambiance de collection qui ne soit pas que jolie mais qui réponde aux différents besoins, à prendre les bonnes couleurs au bon moment,  créer une cohésion d’ensemble, à travailler dans le cadre d’un projet avec ses contraintes. On apprend à faire de jolies silhouettes qui ne serviront jamais puisque dans le métier, on n’en fait jamais, mais, surtout, à créer des dossiers techniques qui seront utilisés par les équipes commerciales, modélistes, techniques et surtout dans les usines à l’autre bout du monde. On nous apprend aussi à choisir un tissu pour ses qualités et non son design.

En modélisme, on apprend tout de zéro, créer un patron à partir de rien et surtout à le modifier, l’adapter suivant les soucis qu’il a sur les premières toiles, on apprend à avoir l’œil, à savoir poser son matériel sur le papier ou sous la machine, on nous apprend à corriger, à comprendre et savoir comment modifier en un coup d’œil.

Voir la vidéo « Comment j’ai survécu à 3 années en école de mode »

 

Et moi, durant 3 années, j’ai appris ça. J’ai enchainé les dossiers pour progresser, découvrir plein d’aspects du métier. J’ai cousu des projets imposés mais aussi mes propres créations, j’ai fait, défait et refait des chemises, des vestes, des shorts… Ça a été bien costaud car on bosse énormément, on nous demande d’être à 3000%, on travaille la journée, le soir, la nuit, on sacrifie une partie de ses vacances mais on se donne à 3000% parce qu’on adore ce qu’on fait. Tous les jours on crée des choses.

Quand je vois le film « Le diable s’habille en Prada » je trouve qu’il représente presque trop bien la réalité de ce milieu. Pour ma part, çà ne me correspondait pas du tout. Aujourd’hui, je ne travaille plus du tout dans la mode et c’est sans aucun regret. Par contre, ce que j’ai appris à l’école, je le chéris car c’est vraiment ce que je voulais apprendre. Aujourd’hui, çà me sert tous les jours pour ce blog. Je peux partager les techniques de pro que j’ai appris là-bas et faire des patrons qui ne se casseront pas la tête au premier corps « hors standard » et pour ça, je suis vraiment contente d’être passée par une école de mode. Dans  la vidéo, vous avez une présentation d’une bonne partie de mes projets étudiant et je vous parle aussi, un peu, de l’expérience humaine que j’ai vécue. Si vous êtes curieux, j’ai fait une série de 3 articles, sur mon blog Oh et Puis, qui date, déjà, d’il y a 4 ans, où je vous confie mon expérience sur le plan psychologique. J’y parle aussi de la dépression qui s’est installée après l’école et la bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui, tout ça c’est du passé !

Lire mes 3 articles sur mon expérience dans la mode

 

Est-ce que je vous raconte, l’après-école jusqu’au lancement de mon entreprise ?