ALL, Les vidéos, Non classé, Vidéo coup de coeur

Comment j’ai démarrer la couture ? Mes réalisations de 7 à 18 ans

En 1997, j’ai fait mes premiers pas en couture. C’était le début d’une aventure qui m’a menée jusqu’à la création de ma marque de patrons de couture. Piouuuuuu ! Mais aujourd’hui, on va parler des débuts et je vais donc pouvoir vous rassurer un peu, on commence tous quelque part. Et puis même que moi j’avais déjà des goûts un peu… euh… bah je vous laisse découvrir ça en fait !

 

Mes débuts en couture – vidéo

Pour ne louper aucune vidéo, pensez à vous abonner à la chaine Youtube !

L’envie de coudre, je l’ai eu hyper jeune.  Ma maman étant hyper créative forcément j’avais envie de faire comme elle. Elle pratique pleiiiiin de loisirs créatifs : dessin, aquarelle, cartonnage, encadrement, scrapbooking, couture, broderie, tricot, mosaïque… bref elle fait tout, du coup, je l’ai copiée et dès que je le pouvais je bidouillais des machins choses que mes parents gardaient en souvenir (les pauvres). Ainsi, à 5 ans, je voulais être couturière de robe pour Emmaüs (alors pourquoi, je ne sais pas vraiment hein). A 7 ans, j’ai fait mes premiers pas couture en réalisant, avec la GRANDE aide de ma maman, une pochette en tissu que j’avais brodée de perles avec ma meilleure amie de l’époque (coucou Marineeee). Dans la foulée, j’ai fait ma première œuvre. Mais quelle œuvre… un bustier fait de chutes de tissu rayé (oui mon amour de la rayure est assez ancien) et cousu au fil de laine (on fait pas mieux pour la solidité, au moins 3h d’existence ce top !).

Après ça, j’ai vraiment commencé la couture à la machine à coudre vers 10 ans. Et attention, je n’ai pas commencé avec n’importe quelle machine hein ! Avec MAMIE MA MACHINE D’AMOUR ! C’était la machine de ma mère à l’époque. Elle était un peu fadasse sans ses tatouages mais au moins elle existait. Par contre, comme je la squattais un peu trop souvent, vers mes 12 ans, le père Noël m’a offert une Toyota (équivalent ECO15CJ). C’était une machine entrée de gamme histoire de voir ce que j’allais en faire. Parce que oui, forcément, mes parents se sont dit « çà va lui passer ». Et bim, non. J’ai commencé à me coudre plein de vêtements discrets et particulièrement bien faits (oui bon…).

A cette époque, je découvrais la culture japonaise, principalement le mouvement Fruits, un magazine de la street fashion japonaise que j’ai découvert grâce aux best of livre que l’on arrivait à trouver en France que dans la librairie Junku (souvenir souvenir). J’étais accro au Visual Kei, aux jeux d’arcade, principalement Dance Dance Revolution (même que je faisais parfois des compet et que j’ai mon tapi TX700 à la maison piouuu piouuu piouuu) et puis les dramas (série jap) ahhhhh les dramas <3

Bon bref, à cette époque je ne voyais la vie qu’en japonais et je voulais m’habiller de la même manière, du coup comme je ne trouvais pas mon bonheur en magasin ma mère m’a soufflé une idée pas bête du tout « fais le toi même ». C’est ainsi que j’ai vraiment accroché avec la couture. J’ai commencé par bidouiller avec l’aide de ma mère, utiliser Burda magazine (bonjour je suis traumatisée) et hop j’étais lancée.

Peu de temps après, j’ai même lancé ma boutique en ligne sur Dawanda (même style que Etsy) et je faisais des salons de créateurs. C’est ainsi que j’ai rencontré ma super méga cool copine Charlotte qui a lancé la marque Mimi & cookie, des vêtements et accessoires pour bébé 100% fait main en coton bio trop cool. Après ça, je suis allée en école de mode parce que c’était devenue une évidence. Mais ça je vous le raconte une prochaine fois, il y a beaucoup trop à dire là dessus pour tout faire en une fois.

Et si vous avez envie de découvrir toutes les créations, comme Carotte par exemple, que ma maman a pensé à garder (merciii maman), je vous montre tout ça dans la vidéo. Et hop !
 
Ça vous tente de découvrir tous mes projets réaliser durant mes 3 années en école de mode ?