ALL, Les vidéos, Vidéo coup de coeur

Vietnam, à la rencontre des tisserands et des brodeurs

Tisserande vietnam - fabrication du lin

Bon, maintenant, vous commencez à intégrer l’info : en avril j’étais au Vietnam. J’ai adoré ce voyage ! Ce pays est incroyable, l’organisatrice l’est tout autant (c’est ma maman), les paysages sont fous, la nourriture était parfaite, les Vietnamiens sont d’une gentillesse piouuuuuuuuu ! En résumé, j’ai passé 3 semaines à dire « ouaaaa » mais je suis rassurée, les 5 compagnons de route étaient sur la même mono-réflexion. Sur mon blog de voyage, ohetpuis.com, j’ai déjà commencé à vous parler de ce voyage de folie. J’ai eu envie d’en parler tout de suite car les souvenirs étaient frais et clairement j’étais trop impatiente de partager tout ça ! Aujourd’hui, je vous propose un résumé du voyage complet, en 6 minutes et en vidéo pour s’imprégner de l’ambiance générale. Dans la vidéo, je vous montre tout ce que j’ai vu, comme je l’ai vu. Des paysages de folie, à la ville saturée de scooters, aux tisserands du nord du pays jusqu’à la brodeuse du coin de la montagne. Mais comme une vidéo de 6 minutes c’est un peu rapide et qu’il y a 1000 choses à raconter, je vous propose de vous parler, ici, de toutes mes découvertes textiles faites au Vietnam. Et si vous avez envie d’en savoir plus sur le voyage, mon itinéraire, les lieux que j’ai visités, les logements, l’organisation…bref tout, je vous donne rendez-vous sur Ohetpuis.com, j’y ai créé une catégorie qui reprend tous mes articles sur le Vietnam.

Visiter le Vietnam du Nord et Centre en 6 minutes

Hanoi et son quartier des merceries

Rue des merceries à Hanoi au vietnam couture

La rue des merceries – Hanoi

Couturière dans sa mini boutique - Hanoi

Couturière dans sa mini boutique – Hanoi

La première étape du voyage a été Hanoï, la capitale du Vietnam. Je n’y ai pas passé beaucoup de temps. Nous sommes tout de suite partis dans le Nord. Au total j’y ai passé 2 nuits mais aucune journée complète. Je n’ai donc pas fait un grand tour de la ville. Sans grand regret, je prends beaucoup plus de plaisir en haut d’une montagne qu’au cœur d’une ville. Ce voyage a été préparé par ma maman, super organisatrice de folie, et, mis en place par une agence locale qui nous a fait le voyage sur mesure suivant nos envies (comme  » ma fille voudrait découvrir les tisserands du Nord » envoyé par ma mère à l’organisateur). Si vous êtes curieux de connaitre cette manière de faire organiser son voyage privée (nous n’étions que 6 sans inconnu avec nous en dehors de notre guide et notre chauffeur), j’ai fait un article complet sur le sujet sur Oh et Puis. Breffffff ! A Hanoï, nous étions dans le centre historique de la ville. La particularité de cette ville est qu’une rue = un métier. C’est assez amusant de voir 10 magasins identiques côte à côte puis ne plus en croiser un seul pendant des kilomètres. Nous sommes passés par la rue des jouets pour enfants, puis la rue des sous-vêtements (oui ça nous a bien fait marrer de découvrir une rue qui ne vends QUE des culottes) et enfin la rue des merceries. Piouuuuu que c’était impressionnant ça ! Mes parents l’avait repéré en journée, moi j’étais en dehors de la ville avec Chéri j’ai rétréci les arbres à la conquête du village des Bonsaïs. Le soir, avant que la nuit ne tombe, ils m’ont emmenée découvrir la fourmilière aux 1000 boutons et rubans.

Rue des merceries à Hanoi au vietnam couture

Un mercier en plein rangement avant la femeture

Rue des merceries à Hanoi au vietnam couture

Au Vietnam, les magasins sont totalement ouverts sur l’extérieur et la vie se passe surtout sur le trottoir. Ici, c’était bien le cas. Chaque boutique débordait de mercerie. On y trouvait des boutons, élastiques, rubans, dentelles… partout et ça menaçait d’exploser. Les clients arrivent en scooter (piou c’est sacré le scoot là-bas !) ne descendent même pas du scooter, montrent ce qu’ils voulent et hop repartent avec. J’avais envie de sauter dedans et me rouler mais comme je suis à peu près bien élevée j’ai gardé cette envie au fond de moi et je me suis contentée de vous prendre quelques photos.

Boutique de boutons couture à hanoi

Boutique de boutons – Hanoi

Rue des merceries à Hanoi au vietnam couture

Je n’ai rien acheté là-bas puisque techniquement ça n’est pas des produits différents de ce que l’on trouve en France. Certes, le prix n’est pas le même mais en voyage j’aime ramener des souvenirs typiques du pays que je ne trouverai pas ou presque pas en France. J’ai donc été raisonnable (en plus j’avais hyper faim du coup j’étais très concentrée sur l’endroit où nous allions aller manger).

La rue : Luong Van can

Les tisserands de la montagne du Nord

Tisserande dans le marché de Bac Ha

Tisserande dans le marché de Bac Ha

Tissu traditionnel nord du Vietnam

Tissu en vente au marché de Bac Ha (attention made in china)

 

Après, un très rapide tour à Hanoï, nous sommes tout de suite partis dans le Nord du pays. Nous avons passé la moitié du séjour à nous enfoncer dans les montagnes. C’était fou fou fou car il n’y avait personne, les routes étaient spectaculaires et bien difficiles à passer (chauffeur chauffeur t’assureee). Nous sommes allés jusqu’au point le plus au nord à 500m de la frontière chinoise (quand j’ai réalisé que nous étions vraiment sur la frontière ça m’a fait tout bizarre). Durant cette partie du séjour, nous sommes allées à la rencontre de plusieurs ethnies du pays. Nous avons rencontré des femmes Thai, Hmong, Hmong à pantalons rouges, Hmong à pantalons blancs… et croisés la route de beaucoup d’autres. Nous avons commencé par le marché de Bac Ha qui est un superbe marché, haut en couleurs où se retrouvent beaucoup d’Ethnies le dimanche pour vendre leurs productions et faire le plein avant de retourner dans leurs villages. Ils y viennent à pied ou en scooter en faisant des heures de route.

Tisserande dans le marché de Bac Ha

Tisserande dans le marché de Bac Ha

Tissu traditionnel du Nord, technique batik teinture indigo

Tissu traditionnel du Nord, technique batik teinture indigo

Dans le marché, nous avons croisé la route d’une mamie qui faisait un tissage de lin. C’était clairement pour les rares touristes qui passaient par là. Par contre, pendant 3h nous avons vu toutes ces femmes qui portaient leurs costumes sublimes. La plupart sont encore faits à la main. Et elles le portent par tradition et non pas pour faire l’animation des touristes. J’étais fascinée et je ne savais plus trop où poser les yeux. J’ai été timide et je n’ai pas pris toutes les photos que j’aurais voulu. Je trouve toujours un peu bizarre de se planter devant quelqu’un et prendre la photo sans vraiment lui expliquer pourquoi. Mais mon guide me disait toujours « oui oui Mago (accent hein) tu peux tu peux ». Je vous en parlerai un peu plus tard, mais à Hoi An, je suis allée au musée de Rehann, un photographe français installé au Vietnam et qui fait un travail incroyable pour préserver l’histoire des ethnies du pays et conserver les costumes.

Préparation de la fibre de lin au vietnam

Préparation de la fibre de lin

Démonstration de filage du lin au vietnam

Démonstration de filage du lin

Teinture de la fibre de lin au vietnam

Teinture de la fibre de lin

Après ça, nous avons repris la route et le lendemain nous passions par un village de tisserands à Lung Tam. C’était une étape prévue rien que pour moi. Nous sommes passés dans un tout petit village, avec peu d’habitants. Les femmes de cette ethnie (M’Hongs) cultivent elle même le lin qu’elle ramassent, filent et tissent ensuite. Tout est fait à la main. Les teintures sont 100% naturelles. Elles ont créé une coopérative pour expliquer leur travail mais aussi vendre leurs réalisations. Ce sont deux petites filles de 12 ans qui m’ont montré chaque étape de fabrication d’un tissage.

tissage du lin au vietnam

Tissage du lin

Pose de la cire pour la teinture à l'indigo au vietnam

Pose de la cire pour la teinture à l’indigo

Visite d'un village de tisserand au vietnam

Mes 2 guides du jour

Elles ont pris le temps de reproduire chaque étape allant du filage du lin, au tissage mais aussi à la pose de la cire d’abeille pour créer les motifs (technique du Batik qui est née en Indonésie il y a bien longtemps), à la teinture et carrément la technique pour détendre le tissu une fois teint. Après ça, je suis allée acheter 3 m de lin. Il est totalement irrégulier et fragile mais j’étais trop contente de repartir avec un vrai tissage fait à la main et à l’ancienne. J’ai aussi pris un carré de batik non teint (il a encore la cire) pour le souvenir. Un jour, je reviendrai pour apprendre à faire les motifs à la cire, c’est sûr ! Beaucoup m’ont demandé sur les réseaux sociaux si c’était cher, la réponse est oui. J’ai payé 6 euros du mètre pour le lin et 15 euros mon carré de cire, pour le pays c’est cher mais c’est une coopérative et entièrement fait à la main ce qui justifie totalement le prix.

Brodeuse sur le bord de la route - montagne du Nord vietnam

Brodeuse sur le bord de la route – montagne du Nord

Brodeuse sur le bord de la route - montagne du Nord vietnam

Détail d'un costume de femme Hmong

Détail de son costume.

Sur la route du retour vers Hanoï, nous avons croisé pas mal de femmes qui brodaient leurs costumes assises devant leur maison. A la première, je n’ai pas réagi assez vite, à la seconde nous n’avions pas la place pour nous arrêter (les routes ne sont pas hyper pratiques). A la troisième, nous avons crié en coeur « stoooooop ». J’ai couru vers cette femme qui a été un peu surprise. Je lui ai montré mon appareil, elle m’a fait un grand sourire et a pris la pause. JB, notre guide, m’a rejoint et a expliqué pendant que je filmais et photographiais. Si je m’était écoutée, je serais restée là et j’aurai demandé à apprendre mais il y avait un planning un peu costaud à tenir et 5 personnes qui se fichaient un peu de l’apprentissage de la broderie. Alors, je suis repartie et arrivée dans le van, j’ai annoncé « je reviendrai, en moto, et je ferai tout le tour des montagnes pour prendre le temps de voir mais aussi d’apprendre ». Il ne me reste plus qu’à trouver quelqu’un prêt à m’accompagner 2 mois sur les routes car je ne me sens clairement pas de faire de la moto seule en pleine montagne au Vietnam. Ah oui, je dois aussi apprendre à faire de la moto, mais ce n’est qu’un détail. Juste après, nous avons croisé une femme qui brodait sur le bord de la falaise, face à la montagne. L’image était sublime mais je n’ai pas pu m’arrêter, un gros regret mais ouf je me souviens parfaitement de la scène.

Les brodeurs et les couturiers du Vietnam

Atelier de couture à Hoi An vietnam

Atelier de couture à Hoi An

Atelier de couture à Hoi An vietnam

Préparation de la coupe tissu

Atelier de couture à Hoi An vietnam

Enfin, c’était un peu moins incroyable mais tout au long du voyage nous avons croisé des ateliers de couture et de broderie. Le Vietnam est connu pour proposer de vous faire des vêtements sur mesure pour trois fois rien. Du coup, les petits ateliers de couture, ouverts sur la rue, à destination des touristes, il y en a des tonnes. Ce sont souvent des « magasins d’état » où les guides sont tenus de nous amener. C’est un peu le revers de la médaille quand on visite un pays communiste. En général, nous y restions que très peu de temps. Bien que tout soit parfaitement rodé pour nous expliquer comment on crée un fil de soie, on tisse puis on coud, je n’ai jamais trop aimé ces faux ateliers qui ne sont là que pour faire l’animation. J’y ai quand même fait des photos pour partager avec vous toutes ces étapes.

Brodeuse à Hoi An vietnam

Brodeuse à Hoi An

 

Le dernier savoir-faire du Vietnam est la broderie de tableau. Je ne le savais absolument pas et je l’ai découvert sur place. Encore une fois, nous étions dans des magasins d’état dont beaucoup ont des programmes de formation pour les handicapés (suite à la guerre beaucoup sont nés avec des handicaps). J’ai été littéralement impressionnée par leur technique. Ils reproduisent des tableaux au fil avec une précision déconcertante. Parfois, nous avions du mal à voir si c’était une photo ou une broderie. Bien que le style « tableau brodé » ne soit pas à mon goût j’ai été impressionnée de les voir faire mais aussi du résultat. Ils étaient tous installés en rangées, dans de grandes salles, tous un grand tableau devant eux, une lampe et brodaient avec rapidité.

Lac de Thac Ba - Nord Vietnam

Lac de Thac Ba – Nord Vietnam

Je suis revenue du Vietnam avec des étoiles dans les yeux. J’y ai vu des paysages incroyablement beaux, j’ai croisé des personnes d’une gentillesse à laquelle je ne m’attendais pas. J’ai ri, j’ai profité, j’ai été dépaysée bref j’ai adoré. Si vous avez l’occasion ou l’envie, ne résistez pas plus longtemps, foncez avant qu’il ne soit trop tard et que ça devienne un tourisme de masse comme en Thaïlande. Pour suivre tout le voyage en détail, je vous donne rendez-vous sur Oh et Puis dans la rubrique Vietnam. Et promis, je vous parlerai de ces fameuses ethnies en détail dès que j’aurai fini mes recherches  !

Le Vietnam est un pays qui vous fait envie ? Quel est le plus beau voyage que vous ayez-fait ?

Rendez-vous sur Hellocoton !