ALL, Défi no shopping, Les vidéos, Non classé, Slider

Défi No shopping – Bilan des 8 mois

Ouiiii ! Vous avez bien lu ! Nous allons faire un bilan du défi No shopping. Déjà 8 mois que je me suis lancée dans cette aventure. Entre temps, il y a eu de l’animation chez moi : j’ai quitté Paris, je suis partie en Thailande, je suis partie à Barcelone, je me suis installée chez mes parents dans le Nord et je m’apprête à partir à Lisbonne. Aussi, il y a eu le lancement des patrons lingeries et du sac à dos Nino chez Petit Patron, le blog qui est toujours présent et la relance de mon autre blog Oh et Puis qui se transforme en blog voyage. Du coup, j’ai eu très peu de temps pour coudre et donc vous faire des bilans intéressants. Mais aujourd’hui, il est temps de reprendre sérieusement l’affaire !

Bilan No shopping 1 an

Pour ceux qui viennent d’arriver : en juillet 2016, je  me suis lancée le défi de ne plus acheter de vêtements dans le commerce et de tout fabriquer moi même (à l’exception des chaussettes). Depuis, j’essaie de ne pas craquer, de me fabriquer ce dont j’ai besoin avant de faire ce dont j’ai envie. J’ai d’abord fait un gros tri dans ma garde robe pour l’épurer (avant le déménagement c’était une bonne idée). Maintenant, j’essaie de faire les vêtements les plus utiles possible pour les voyages et les saisons qui défilent. Mais, je dois reconnaitre que c’est un peu plus long que d’aller en magasin.

J’ai envie de sortir de ce contexte d’hyper consommation qui ne m’a jamais plu.

Et de participer un peu moins à la surexploitation des pays fabricants, de me faire des vêtements qui me vont vraiment et d’avoir le plaisir de porter ce que je couds.

Défi ne plus acheter de vêtement bilan 8 mois

Aujourd’hui, ça fait 8 mois que l’aventure a commencé. Je dois dire que c’est plus facile que ce que je pensais. Je ne suis pas une acheteuse compulsive, ni une collectionneuse de vêtements. Malgré ma formation de styliste, je ne suis pas une accro à la mode. Je peux porter la même chose plusieurs jours sans me sentir en manque de nouveauté. C’est un gros plus pour ce défi. Quand j’aime un vêtement, c’est parce que je me sens bien et j’ai donc envie de le porter sans arrêt. Du coup, depuis le début du défi, je n’ai quasiment pas craqué du côté shopping. Un t-shirt pour les besoins du shooting Petit Patron en septembre dernier et on m’a offert quelques rares pièces. C’est chouette de voir que mes proches me suivent et ne m’offrent plus de vêtements à quelques exceptions (j’en parle justement dans la vidéo). Les rares fois où on m’offre des pièces, c’est qu’elles me ressemblent vraiment et que la personne a pensé à moi tout de suite (poke la doudoune et mon sweat « Pas folle la guêpe »).

Défi ne plus acheter de vêtement bilan 8 mois

Côté couture, je n’ai quasiment pas eu accès à ma machine à coudre en janvier, février et mars. Du coup, peu de réalisations en dehors des projets Petit Patron et commandes de mes clients. Mais, depuis le début du mois d’avril, je carbure et je vous montrerai tout ça dans la prochaine vidéo. En attendant, je suis fière de ne pas craquer et de ne plus acheter de vêtements fabriqués dans des conditions affreuses. Je ne changerai pas le monde, mais je suis contente de faire un pas dans la bonne direction au lieu de dire « oui mais c’est pas ma faute s’ils font comme ça ». C’est de ma responsabilité d’acheter, donc, même si je ne suis pas le grand méchant loup, je reste responsable. Mon prochain objectif est d’améliorer aussi mes achats tissu pour me diriger vers de la production biologique et équitable, car depuis que je me renseigne un peu plus sur la production et fabrication du textile, je réalise que, là aussi, il y a du boulot avant de respecter la planète et ceux qui fabriquent nos matières. Je ne compte pas devenir une nazi de l’écologie, mais je suis contente de pouvoir m’améliorer chaque jour.

Défi ne plus acheter de vêtement bilan 8 mois

En résumé, pour ce bilan je ne craque pas sur les produits du commerce. Je continue à me coudre mes vêtements et je suis de plus en plus contente de m’être lancée ce défi. Bien sûr, ce n’est pas forcément simple de s’y tenir et ce n’est pas grave si vous craquez ou si vous n’avez pas le temps de tout faire. Certains me disent qu’ils vont quitter le groupe facebook parce qu’ils ne le font pas à 100 %. OHHH NON. Avoir envie de faire son maximum, c’est ça le vrai défi. Changer ses habitudes, améliorer son impact sur la société et l’environnement, même à petite échelle est un énorme pas, alors soyez fière et n’abandonnez pas !

Découvrir la présentation du projet, le premier bilan, le deuxième bilan et le troisième bilan.

Et vous, vous en êtes où ?

Rendez-vous sur Hellocoton !