ALL, Astuce perfectionnement, Non classé, Se perfectionner, Slider, Surjeteuse

Anatomie d’une surjeteuse #2

Aujourd’hui, on parle à nouveau de surjeteuse ! Après avoir vu ce qu’est une surjeteuse dans le premier article de la série, maintenant on découvre son anatomie. Pour mieux comprendre à quoi sert une surjeteuse et surtout comment la choisir, il est important de savoir ce qu’il y a dans la bête. On va donc regarder d’un peu plus près une surjeteuse. Je ne vais pas rentrer dans les détails très techniques mais plutôt vous montrer les éléments principaux qu’il faut connaitre sur la surjeteuse. Dans un prochain article, on verra comment bien la choisir en fonction de ses besoins et de son budget. A la fin du mois, je vous proposerai deux tests de surjeteuse : la Toyota SL 3314 et la Elna 664 Pro.

Anatomie d’une surjeteuse :

Différents éléments d'une surjeteuse

Les deux aiguilles : Contrairement à une machine à coudre, sur une surjeteuse vous trouvez automatiquement deux aiguilles. Suivant vos besoins vous pouvez utiliser les deux ou une seule. Vous utilisez, en général, une seule aiguille pour réaliser un simple point de surjet et deux aiguilles lorsque vous assemblez en même temps.

Le couteau : Il a tendance à effrayer et pourtant il est indispensable et magique. Bon peut être pas magique, mais il va couper le tissu à la parfaite distance pour faire un joli point de surjet. Le couteau se trouve juste à côté des aiguilles. Seul le couteau supérieur est mobile. Vous pouvez régler la distance entre le couteau et votre machine pour faire un point plus ou moins large.

Les griffes d’entrainement et le pied presseur : ils ont la même fonction que sur une machine à coudre. Ils tiennent en place le tissu et l’entraine.

Le volant : encore une fois, il a la même fonction que sur une machine à coudre. Il vous permet de contrôler les aiguilles manuellement.

Les boucleurs : c’est ici que les choses se compliquent. Les boucleurs servent à créer le fameux point de surjet. Ils entrelacent vos fils. Les boucleurs se trouvent en dessous des aiguilles, sous la machine. Ce sont eux qui rendent l’enfilage un peu compliqué (au début, ensuite ça devient un jeu d’enfant, je vous rassure).

Le porte-bobines : Il se trouve à l’arrière de la machine. Vous avez 4 ou 5 supports à bobine suivant les modèles. Il sert à poser vos bobines de fils.

Les boutons ou mollettes pour régler les tensions de vos fils : Vous avez autant de régleurs de tension que de bobines de fil sur la machine. Vous réglez chaque tension séparément. C’est ce qui rend le réglage de la surjeteuse plus long que celui d’une machine à coudre.

Maintenant que vous savez à quoi sert une surjeteuse et ce qu’elle a dans le ventre, je vous donne rendez-vous lundi prochain pour un article spécial « achat ». Je vous donnerai mes astuces pour bien choisir sa surjeteuse et je vous parlerai de mes modèles préférés pour démarrer ou se perfectionner.

Revoir le premier article :
A quoi sert une surjeteuse ?

atelier surjeteuse paris

Découvrir la surjeteuse durant un atelier ?

J’organise un atelier spécial débutant surjeteuse ce samedi 24 septembre. Pour ce premier atelier nous allons faire un shorty entièrement à la surjeteuse. Bonne humeur et réconciliation avec la surjeteuse sont au programme. L’atelier se fait chez Coudre Paris, de 14h à 17h, il est à 55 euros, tout le matériel est compris dans la prix.

Informations et réservation sur la boutique tictail

Et on remet ça le samedi 22 octobre pour un atelier spécial débardeur cette fois.

Quelles sont vos interrogations sur la surjeteuse ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !